The Twilight Saga : New Moon

Réalisation
Année(s)
Distribution , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Genre(s) , , ,
Franchise
Distinction(s)
Liste(s)

The Twilight Saga: New Moon | Netflix

Après le grand succès du premier volet, la saga Twilight revient avec le deuxième chapitre des aventures de Bella et Edward dans New Moon qui prend l’affiche au grand écran en 2009, soit un an seulement après le premier opus. La pochette de ce nouveau roman nous présente cette fois une fleur blanche dont certains bouts de pétales sont rouges (ou teintés de sang, ce n’est pas si clair et j’imagine que c’est le but), alors que celle du premier nous montrait une pomme rouge, rappelant l’interdit au jardin d’Eden et représentant du même coup la relation de fascination entre Edward et Bella. On nous promet maintenant que celle-ci goûtera un peu plus à sa nouvelle vie, en restant toujours elle-même, toutefois. Le film est-il parvenu à traduire les sentiments que le roman tente de mettre de l’avant? Encore une fois, oui, à certains moments, et non à d’autres.

Dans ce second film, Edward (Robert Pattinson) et Bella (Kirsten Stewart) sont bel et bien un couple et doivent maintenant faire face à de nouvelles adversités. D’abord, Victoria (Rachelle Lefevre) a toujours la ferme intention de tuer Bella. Ensuite, le clan Cullen doit respecter l’entente de distance et de territoire qu’il a conclue avec les loups de la réserve indienne. Les Quileute, pour leur part, se découvrent de nouvelles forces lorsqu’ils subissent leur transformation, et Jacob (un Taylor Lautner aux cheveux plus courts et aux abdos plus accentués) joint leurs rangs. En Italie, les redoutables Volturi sont bien curieux de rencontrer cette Bella qui résiste aux pouvoirs des vampires qu’elle rencontre. La table est mise, on peut maintenant profiter de toute cette action!

The Twilight Saga's New Moon Picture 130

Action, certes, mais qui au final semble totalement diffuse dans l’entièreté du film. En fait, il n’y a dans Twilight que peu de péripéties, malgré l’environnement dans lequel les personnages évoluent et tout le potentiel de la série. Stephenie Meyer a plutôt choisi d’écrire en se concentrant sur une histoire d’amour prenant place dans un monde déchiré entre vampires et loup-garous. Ce qui se trouve au centre, donc, c’est ce magnétisme dans le couple qui fait en sorte qu’aucun des deux ne puisse vivre sans l’autre, et c’est cette idée qu’on retrouve à la base de New Moon.

En lisant le roman, j’avais trouvé plutôt ingénieux la façon dont on abordait la rupture. D’abord, Edward laisse Bella au début de l’histoire pour sa propre sécurité après qu’un incident est survenu à son anniversaire. Déjà là, ce détail est contrastant avec les autres histoires d’amour « qui se finissent bien ». Celle-ci commence mal. Ensuite, on passe plusieurs mois à ne vivre aucune aventure étant donné le vide que Bella ressent dès cette franche coupure. Ainsi, les pages du roman sont vides, à l’exception du nom du mois, et on en passe plusieurs. Dans le film, cela est rendu par une scène convaincante où notre héroïne est assise devant sa fenêtre et regarde sans émotions l’année se dérouler. On voit donc Charlie (Billy Burke) qui racle des feuilles, des enfants qui passent l’Halloween, les premières neiges et Noël, pendant que Bella ne bouge pas. C’est plutôt la caméra qui tourne autour d’elle pour revenir de temps à autres face à cette fenêtre. Finalement, je ne me souviens pas comment le roman abordait les crises de panique de Bella la nuit, mais le film est convainquant à cet égard. Pour ceux qui ont déjà vécu ce vide incroyable qui se manifeste surtout la nuit, les cris, les pleurs, les cauchemars et l’insomnie sont tout à fait crédibles.

New Moon (2009) | Movie and Television Blog (2013-

Quand Bella reprend peu à peu goût à la vie, c’est auprès de Jacob qu’elle passe ses journées. Ensemble, ils travailleront sur des motos pendant quelques semaines après que Bella réalise qu’elle parvient à voir Edward lui parler lorsqu’elle se met en danger. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle tente donc, par à peu près tous les moyens, de mettre sa vie en danger. Ainsi, elle roule vite à moto, elle suit une bande d’hommes louches lors d’une sortie avec Jessica (Anna Kendrick) et elle plonge d’une falaise pour se faire emporter par les vagues et croiser la tignasse de Victoria qui foncera sur elle lorsqu’elle la sentira dans l’eau. Chaque fois, Edward apparaît en image faible et vaporeuse, résultat peu convaincant, voire même risible, sauf dans l’eau, où le plan des deux corps en opposition l’un avec l’autre est particulièrement esthétique. Dans ce nouveau film où l’on nous présente aussi des loup-garous, il faut avouer que les scènes de leurs transformations sont bien réussies, tout comme les animaux eux-mêmes.

L’une des premières images que l’on a du film est Roméo et Juliette qui traîne sur l’oreiller de Bella. À partir de là, les références à la pièce de Shakespeare sont multiples, et on aura compris rapidement où le film veut nous emmener. Il y aura en effet dans ce nouveau récit la même confusion quant à la mort supposée d’un personnage. Lorsqu’Alice (Ashley Greene) n’est plus capable d’avoir de visions de Bella, Edward appelle chez Charlie et Jacob lui répond qu’il organise des funérailles. Ce n’est pas faux, mais on parle ici de la mort d’un de ses amis tué par Victoria, et non de Bella. Il n’en faut pas plus pour qu’Edward se rende chez les Volturi (sorte de conseil vampirique basé en Italie), avec en tête de dévoiler son identité en plein soleil pendant une parade, acte qui se punit par la mort dans l’univers des vampires. La trame est donc semblable. Alors qu’on souhaite ardemment que Roméo marche plus lentement en voyant le corps inerte de Juliette afin de lui donner le temps de se réveiller de son faux poison, on aurait voulu ici qu’Edward ait d’autres idées en tête que de marcher vers la mort ou simplement que Jacob ne soit pas si rancunier envers le vampire. Par ailleurs, Edward ne voit-il pas dans les pensées du loup-garou que Bella se trouve devant lui au même instant? Apparemment, non.

Read rest of Romeo and Juliet by Bella (Kristen Stewart) in Twilight chapter 2 : Temptation | Spotern

Tout au long du film, la couleur rouge est écartée des costumes et accessoires pour la laisser être à l’avant-plan en Italie. On se concentre encore et toujours sur la pluie, le blanc, gris et bleu de Forks. Tout est plutôt froid puisque c’est ce qui caractérise les Cullen. Quand ils disparaissent pour faire place aux loups, on se retrouve dans quelque chose de plus chaud, et c’est aussi vrai pour les personnages eux-mêmes. En fait, tout dans la série place les deux garçons près de Bella en opposition, et cela va même jusqu’à la chaleur de leurs corps (évoquée dans le deuxième chapitre et mise de l’avant dans le prochain). Je me rappellerai toujours du moment où Bella s’excuse de saigner après son accident de moto avec Jacob, pour se faire répondre que cela n’a aucun sens car ce n’est pas sa faute. On ne peut pas lui en vouloir, quand saigner au milieu de vampires n’est pas la meilleure des idées. Après tous ces contrastes, voilà qu’on nous amène d’abord dans la chaleur visuelle de l’Italie, et ensuite dans le repaire des Volturi, lourd de pierre et absent de lumière. C’est là où certains effets se traduisent moins bien que précédemment. Notons par exemple que Jane (Dakota Fanning) tente de torturer l’esprit de Bella, alors que celle-ci possède ce bouclier invisible (nettement mieux expliqué dans les romans) qui l’empêche d’être victime des pouvoirs des vampires qu’elle rencontre. Ainsi, Jane nous regarde avec ce qu’on tente de faire passer pour un regard perçant, mais, comme le résultat n’est pas là, l’effet tombe un peu à plat à mon avis.

Il y a dans ce nouveau film des points très forts et d’autres qui le sont moins. La bande originale est toujours parfaitement adaptée et les chansons indie font du bien. Les effets spéciaux sont parfois bien rendus, parfois moins. Les thématiques, même si elles ne proviennent pas du film, sont tantôt intéressantes (la façon dont on présente une rupture et l’envie de recommencer à vivre), tantôt moins convaincantes (l’idée de danger auquel font face les personnages est toujours évoquée sans jamais être totalement bien exploitée). New Moon, pour ce qu’il est, est bon. Il aurait pu l’être nettement plus si on avait voulu se concentrer sur le monde des vampires et loup-garous, mais il faut malheureusement se rappeler que Twilight est avant tout une histoire d’amour…

Kiss me ~ Bella & Edward The Twilight Saga: New Moon ~ The Second Movie ~ | Edward cullen, Bella swan, Twilight

Laissez un commentaire