Auteur(s):

En 2019, le Festival Fantasia célébrait sa 23e édition. Au cours des années, la programmation du Festival a acquis une solide réputation ; Fantasia est maintenant l’événement par excellence pour découvrir les meilleurs films d’horreur de série B de l’année. Les comédies d’horreur qui ne se prennent pas trop au sérieux sont donc au cœur de la programmation et l’absurde s’enchaîne devant des publics avides de divertissement. L’édition 2019 a présenté le très attendu Ready or Not, que j’ai mis pas moins de 9 mois à chercher un peu partout avant de le retrouver à la mi-mai sur Crave. Les films de ce type (Sharknado, Blood for Dracula ou Flesh for Frankenstein, Piranha 3D, etc.) étant des plaisirs coupables que j’entretiens avec passion, j’avais bien hâte de plonger au cœur de ce récit présentant une famille plus riche que Crésus et pour le moins troublante.

Grace (Samara Weaving) se marie avec Alex (Mark O’Brien) à la luxueuse demeure de la famille Le Domas (dont la cour et piscine auront servi de décor dans Billy Maddison), géants de l’industrie du jeu de société rappelant Parker Brothers. Le soir du mariage, il est coutume pour la famille de jouer à un jeu tous ensemble, de minuit aux premiers rayons du soleil. Grace devra mettre une carte vierge dans une boîte magique qui remonte à une entente que le patriarche avait conclue avec M. Le Bail, l’ayant aidé à bâtir sa fortune. L’entente est la suivante : si la carte qui sort de la boîte est celle de « Hide and Seek », la famille doit éliminer l’époux ou l’épouse avant le lever du soleil, sinon chacun des membres mourra. Si Alex avait voulu ne pas faire tirer de carte à sa douce, l’entente dit aussi que les deux seraient morts instantanément. Les plus récents époux à avoir intégré la famille ont eu la chance de piger les échecs et « Old Maid », un jeu de carte bien simple. On dit même que Hide and Seek ne sort que rarement, la dernière fois étant lorsque Alex et son frère étaient enfants (ce qu’on voit en scène d’ouverture). Par un malheureux hasard, Grace pige Hide and Seek. Le jeu du chat et de la souris commence donc dans la somptueuse demeure, et Grace comprend rapidement que sa vie est en danger.

La bande-annonce de Ready or not offrait un aperçu de l’humour avec lequel le film allait être traité. Déjà, on voyait quelques mauvaises personnes se faire éliminer par erreur par la sœur d’Alex, Emilie (Melanie Scrofano), une droguée qu’on suit dans sa prise de cocaïne à plusieurs moments dans le film et qui ne sait pas comment se servir des armes qu’on lui remet. On pouvait aussi voir Fitch (Kristian Bruun) chercher sur son téléphone comment utiliser une arbalète. Bref, le ton était donné. Je m’attendais donc à un film mixant joyeusement l’horreur et la comédie. À ce niveau-là, je n’ai été qu’à demie satisfaite. Les moments drôles sont ridicules, et les morts toutes plus improbables les unes que les autres. Là où je n’ai pas entièrement trouvé mon compte, c’est en constatant que la tension n’était pas palpable, qu’il était difficile d’être inquiète pour Grace. Cependant, les revirements sont nombreux, et elle ne s’en sort pas trop facilement. On a donc au moins la satisfaction de voir un combat mené des deux côtés, mais je ne sais pas encore si j’aurais préféré qu’elle s’en tire miraculeusement en enchaînant les one-liners kitsch (pensez à presque n’importe quel film avec Liam Neeson).

Si le film rappelle par moment le magnifique « whodunnit » Knives Out, en raison par exemple des décors, des costumes, de la dynamique familiale ou encore, quoique plus faiblement, du scénario, c’est justement au niveau du récit que Ready or Not peut arriver à nous faire perdre l’intérêt, même s’il s’étend seulement sur 95 minutes. Alors qu’on s’attend à quelque chose de classique, on nous amène complètement ailleurs vers la fin, quand on commence à prendre conscience que nous ne sommes peut-être pas prêts, finalement, à vivre un ultimatum.

Lorsque Grace survit de peine et de misère à cette nuit d’horreur, on aurait aimé que rien ne se passe, que la malédiction que les Le Domas croient qui les hante soit en réalité une peur irrationnelle qu’ils entretiennent, car ils ne se sont jamais retrouvés dans la situation présentée. On y a droit… environ quarante-cinq secondes. À partir de là, bien que le choix de ce qui se passe après ne m’a pas plu particulièrement, on se ramène à ce que le film a décidé d’être : une comédie d’horreur, et à ce moment-là, il le fait bien.

Si vous avez aimé The Cabin in the Woods, vous apprécierez sans doute Ready or Not. C’est un film qui surprend un peu, en s’attachant toutefois à certains codes du genre. Les phrases sont clichées, les personnages aussi, et j’ajouterais qu’il est tout à fait impossible de passer une nuit à courir dans des Converse aussi peu attachés que ceux que Grace a dans les pieds. J’aurai finalement passé un beau moment, qui aurait pu être encore mieux, mais Ready or Not m’a donné presque tout ce que j’attendais.

 

Laissez un commentaire