Auteur(s):

Deux ans après la sortie du premier opus de ce qui deviendra une longue série, American Pie revient en force et propose un tout nouvel environnement à un récit qui reprend sensiblement les mêmes éléments qui avaient fonctionné dans le premier film. Après le succès du premier volet, on passe au triple du budget du film initial et on se transporte sur une plage au bord du lac Michigan pour vivre un été transitoire entre l’adolescence et la vie adulte. Résultat convaincant? Oui, sans aucun doute!

Dans cette suite au film ayant exposé au grand écran les préoccupations sexuelles d’adolescents de façon très humoristique, on retrouve la bande des cinq garçons, un an plus tard, à la fin de leur première année d’université. Oz (Chris Klein) se prépare à passer l’été sans sa douce Heather (Mena Suvari) qui sera en Espagne. Jim (Jason Biggs) ira retrouver Michelle (Alyson Hannigan) au camp musical pour apprendre comment être un bon amant en vue de ses retrouvailles avec Nadia (Shannon Elizabeth) à la fin de l’été. Finch (Eddie Kaye Thomas) tente d’oublier la mère de Stifler (Jennifer Coolidge) avec qui il a eu une aventure qui aura ruiné tous ses essais subséquents de rencontrer une fille. C’est Kevin (Thomas Ian Nicholas) qui aura l’idée de passer un été historique à une maison sur la plage au bord du lac Michigan afin de retrouver la chimie qu’ils avaient au secondaire. Stifler (Seann William Scott) se joint au groupe pour aider à payer l’hébergement, mais les garçons vont aussi être engagés pour travailler sur une maison près de la leur. Fêtes, alcool et situations embarrassantes sont au rendez-vous!

Alors que le premier film de la série nous présentait quatre adolescents avides de perdre leur virginité et des filles n’ayant que peu de profondeur, le deuxième fait définitivement mieux que le précédent à cet égard. Ici, on retrouve les personnages féminins principaux en leur donnant davantage de place, de personnalité et de force. Vicky (Tara Reid) est passée d’une vierge inquiète à une fille ayant plus d’assurance et qui est capable de mettre ses limites de façon très claire dès le départ avec son ex. L’évolution de son personnage est sans aucun doute la plus marquante, et elle fait du bien. Heather, la copine d’Oz, est aussi bien différente. Toujours aussi douce, elle est maintenant la seule copine officielle du groupe et semble elle aussi plus confiante que dans le film précédent. D’abord, elle s’est teint les cheveux, n’étant plus présentée comme une blonde innocente, ensuite elle a décidé d’étudier à une autre université que son amoureux et finalement elle passera l’été en voyage. Ajoutons aussi que c’est elle qui amène l’idée du sexe par téléphone à son copain. Michelle, en contexte de camp musical, est exactement dans son élément. On la voit ici enseigner la flûte à un groupe d’élèves et avoir un solo lors d’un concert devant quelques centaines de personnes. Elle n’est donc plus cette musicienne bizarre que l’on rencontrait dans le volet précédent. Nadia et Jessica (Nathasha Lyonne) n’ont pas changé ; la première semble toujours vouloir donner une chance à Jim, et la seconde est encore présentée comme la conseillère de sa meilleure amie, avec la même franchise parfois déconcertante. Les garçons, pour leur part, n’ont pas vraiment évolué, si ce n’est d’Oz qui a bien l’intention de demeurer fidèle à sa copine malgré la distance et les occasions qui lui seront présentées.

En comparant les deux films, on retrouve dans celui-ci tous les éléments habituels d’une suite. On a repris les faits saillants du premier pour les adapter au nouvel environnement, mais tout y est. Ainsi on a droit à plusieurs scènes embarrassantes pour Jim, des anecdotes de camp musical (auquel on va, enfin!), des réactions plutôt drôles d’Eugene Levy, la diffusion accidentelle d’une conversation sur des walkie-talkie pendant un autre spectacle sexuel comme celui que nous avait offert Nadia la dernière fois, la nostalgie de Kevin qui sera la base de l’élément déclencheur, des fêtes, et la mère de Stifler, dont on apprend maintenant le prénom, Jeanine. Malgré ces nombreux déjà-vus, on adhère facilement car tout fonctionne ici. On retrouve à la fois ce qui avait marqué le premier film, tout en poussant un peu plus loin l’humour, qui ne tombe pas à plat, et duquel on n’est pas encore lassé.  Un gros avantage d’American Pie 2 est le fait qu’il nous surprenne (au moins un peu) dans son dénouement, laissant présager un troisième chapitre qu’on souhaite toutefois différent.

L’opinion n’est peut-être pas totalement partagée, mais en ce qui me concerne, American Pie 2 est nettement supérieur au premier, en grande partie car les événements présentés se passent l’été, dans un contexte qui n’a rien à voir avec l’école. Depuis mes premiers visionnements, la maison sur le bord du lac me fait rêver, et c’était encore vrai lors de mon expérience plus récente. Je peux remarquer aujourd’hui une certaine maturité qui semble s’installer chez les garçons ; elle est bienvenue, mais n’est pas à la base de ce qui fait qu’on aime ou non ce film. Après deux opus sensiblement pareils, on souhaite cependant que le prochain sorte du lot. Considérant que le box-office du second ait été astronomique encore une fois, on attend donc avec impatience de retrouver la bande dans le troisième.

Laissez un commentaire