Les Misérables (2012)

Réalisation
Année(s)
Distribution , , , , , , , , , , ,
Genre(s) , ,
Distinction(s)
Liste(s) , , ,

Sorti en 2012, Les Misérables, réalisé par Tom Hooper (The King’s Speech, The Danish Girl), regroupe une impressionnante distribution et propose un tout particulièrement riche au niveau visuel. S’inspirant de la comédie musicale de Claude-Michel Schönberg en 1980, elle-même inspirée du roman de Victor Hugo (aussi connu pour Notre-Dame de Paris) datant de 1862, Les Misérables nous transporte dans une France post-révolutionnaire, alors qu’un roi est toujours sur le trône, suscitant une grande colère chez une partie de la population.

Le film s’ouvre sur Jean Valjean (Hugh Jackman), qui est en prison après avoir dérobé du pain afin de nourrir sa famille. Celui-ci obtient une libération conditionnelle, mais peine à se trouver un emploi. Il tente alors de mettre la main sur l’argenterie d’un évêque, mais ce dernier, au lieu de le punir, lui offre une deuxième chance. Quelques années plus tard, Valjean est devenu maire de la ville de Montreuil et propriétaire d’une manufacture. Son passé revient rapidement le hanter quand Javert (Russell Crowe), un ancien garde de sa prison, est nommé chef de police de la ville et suspecte rapidement son identité puisque Valjean a brisé ses conditions de libération. Au même moment, une des employés de Valjean, Fantine (Anne Hathaway) est renvoyée en raison de son enfant illégitime et doit avoir recours à la prostitution pour sa survie. Très mal en point, elle est amenée à l’hôpital par Valjean pour y mourir quelques instants plus tard, après avoir demandé à Valjean dans ses derniers soupirs de s’occuper de sa fille Cosette (Isabelle Allen). Valjean accepte, adopte et élève Cosette comme sa propre fille.  Plusieurs années plus tard, Cosette est maintenant adulte (jouée ici par Amanda Seyfried), et accompagne toujours son père dans sa perpétuelle fuite des mains de Javert. Les deux vivent dans un Paris en proie à une nouvelle révolution menée en majorité par des étudiants pour établir une justice pour les pauvres en France. Cosette tombera amoureuse de Marius (Eddie Redmayne), un des leaders de cette révolution qui entraînera une montée de barricades dans Paris.

Si les comédies musicales ne font pas partie de vos goûts cinématographiques, vous ne trouverez probablement pas votre compte dans Les Misérables, puisque le film est majoritairement chanté. Contrairement aux autres comédies musicales où les chansons sont enregistrées avant le tournage, celles-ci ont été enregistrées directement sur le plateau. Selon le réalisateur, cela permet aux acteurs de se mettre plus facilement dans l’état d’esprit de leur personnage. Bien que cette méthode soit particulièrement difficile pour les acteurs, force est de constater que le résultat est convaincant, car on parvient facilement à ressentir toutes les émotions qu’ils tentent de faire passer à l’écran.

Cette méthode a notamment mis de l’avant l’excellente performance oscarisée d’Anne Hathaway. Bien que son personnage n’est présent qu’une quinzaine de minutes, elle crève l’écran et nous offre des scènes assez touchantes. Pensons au moment où elle se retrouve à la rue et doit couper ses cheveux pour les vendre. Si la scène possède un côté particulièrement crédible, c’est que l’actrice s’est réellement fait couper les cheveux à ce moment. Son exécution crève cœur de la chanson I Dreamed A Dream parvient à nous faire ressentir toute la détresse du personnage. Le film nous permet aussi de découvrir un autre côté d’Hugh Jackman, que l’on connait principalement pour son rôle de Wolverine dans la série X-Men. On oublie souvent qu’il adore chanter (et qu’il a une très belle voix, de surcroît!) Le reste de la distribution, notamment Russell Crowe (Gladiator), Amanda Seyfried (Dear John) et Eddie Redmayne (Fantastic Beasts) sont bons, mais moins impressionnants.

Le film se divise en deux parties. La première comprend moins d’action que la seconde, mais est l’occasion d’entendre plusieurs bonnes chansons mémorables, notamment I Dreamed a Dream et Suddenly, chantée par Jackman, qui a été nommée à l’Oscar de la meilleure chanson originale. On se concentre surtout sur la quête de Valjean pour devenir une meilleure personne et trouver sa place dans la société. À mon avis, cette partie comprend une des meilleures scènes du film avec la chanson Master of the House, où on fait la rencontre des Thénardier, un couple tenant un hôtel et merveilleusement interprétés par Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen. Ces derniers, voleurs et avares, viennent ajouter un aspect plus comique à un récit où des thématiques assez lourdes sont abordées. La deuxième partie du film comporte plus de scènes d’action assez remarquables, notamment la montée des barricades. Les acteurs ont véritablement construit celles-ci lors du tournage, rendant ainsi un aspect encore plus réel au film. C’est aussi à ce moment que l’on voit les affrontements entre les partisans d’une révolte et les forces de l’ordre, et le tout est particulièrement impressionnant.

Les Misérables a reçu plusieurs autres nominations dont celle du meilleur film aux Oscars, des meilleurs costumes et des meilleurs décors, mais a tout de même remporté ceux des meilleurs maquillages et coiffures et du meilleur mixage de son. Le film arrive à nous transporter dans une France du 19e siècle où les inégalités sociales sont toujours très visibles, au désarroi d’une partie de la population, malgré la Révolution. Les amateurs de comédies musicales seront servis, et découvriront sous un autre jour le roman épique de Victor Hugo.

Laissez un commentaire