For All Mankind

Réalisation
Année(s)
Distribution , , , , , , , , , , , ,
Genre(s) ,
Distinction(s)
Liste(s) , , ,

Auteur(s):

The Earth from here is a grand oasis from the vastness of space.

La raison d’être d’un documentaire peut être multiple. Il peut servir à exposer une problématique ou une injustice, à faire le portrait d’une personne ou présenter une culture en danger d’extinction, entre autres. Al Reinert, le réalisateur du documentaire primé à Sundance For All Mankind, s’est quant à lui posé la question suivante : qu’est-ce que ça fait d’aller dans l’espace? Le résultat est un film unique qui expose des images historiques tirées des archives de la NASA, d’une course à l’espace qui a marqué les années 1960 et 1970.

Entre décembre 1968 et novembre 1972, vingt-quatre astronautes américains ont participé à neuf missions Apollo. Du nombre, douze seulement ont foulé le sol lunaire. Équipés de caméras, ces astronautes ont fixé sur pellicule les grands moments de leur aventure. Condensant en une seule expédition les meilleurs extraits de ce matériel et d’autres sources visuelles (caméras extérieures et transmissions vidéos), ce document nous fait vivre toutes les étapes de ce voyage inoubliable, du décollage à l’alunissage.

Le principal apport de ce documentaire tient dans ses nombreuses images inédites de la Terre et de l’espace. On est hypnotisés par les images qui nous sont présentées par Reinert, qui semblent plus vraies que nature. On y voit des astronautes, mais aussi tout simplement des hommes qui vivent un moment historique et qui nous font part de leurs états d’âme. Pour la première fois, par exemple, ils testent les théories de Galilée sur la chute des corps en apesanteur, ou ils s’amusent tout simplement avec l’absence de gravité. Oubliez le dynamisme d’un Apollo 13 ou d’un film de science-fiction américain : For All Mankind mise sur la tranquillité, la relaxation. Sa trame sonore envoûtante signée Brian Eno nous apaise, alors que la narration posée et méthodique des astronautes nous guide à travers quelques détails techniques, mais surtout à travers leurs émotions.

C’est le type de documentaire qu’on peut visionner de nombreuses fois sans se souvenir de notre précédente expérience. Ce n’est aucunement un point négatif, au contraire. Il y a tellement à voir que l’on ne porte pas nécessairement attention aux mêmes détails à chaque visionnement. On le regarde, médusés, et on est toujours aussi ébahis que la première fois. On a tous une vision précise d’un alunissage ou de la Terre vue de la Lune, mais For All Mankind nous offre beaucoup plus que cela. Ce sont toutes les images de type behind-the-scenes qui sont collectionnées ici, et on se demande pourquoi il aura fallu près de vingt ans avant d’y avoir accès. Chaque visionnement est tout simplement unique, mais sachez que pour certaines personnes, il pourrait donner le mal de Terre, donner l’impression d’être petit dans l’univers.

Comme son nom l’indique, For All Mankind est peut-être l’un des meilleurs usages de bobines de films de l’histoire du cinéma. C’est un joyau à chérir en tant qu’humanité, une fenêtre inédite sur un haut fait de l’histoire. Je conseille à ceux et celles qui souhaitent le visionner de trouver une version avec sous-titres, car ils permettent de comprendre quel astronaute parle. En raison de l’amalgame de toutes les missions, les intervenants se succèdent sans souci chronologique, ce qui pourrait en déconcerter quelques-uns. L’objectif du film n’est pas tant de discerner à quelle mission sont associées les images, mais il est tout de même intéressant de le faire. For All Mankind, un documentaire à voir absolument!

Fait partie de la Collection Criterion (#54).

Fait partie du top 100 de Jade (#64).

Laissez un commentaire