Paul Thomas Anderson : courts métrages et vidéoclips

Par Alexandre Leclerc / mars 8, 2020 /

En plus des 8 films qui composent sa filmographie, Paul Thomas Anderson a également réalisé de nombreux courts métrages (de fiction et documentaires), des vidéoclips d’artistes comme Radiohead et Fiona Apple, ainsi qu’un sketch pour l’émission humoristique populaire Saturday Night Live. Ce texte se veut moins une critique de ces projets alternatifs et davantage une occasion de…

Lire l'article

The Master

Par Alexandre Leclerc / mars 1, 2020 /

Cinq ans après la sortie de There Will Be Blood, Paul Thomas Anderson revient en 2012 avec The Master qui explore (très librement) les débuts de la scientologie aux États-Unis. Comme à son habitude, le réalisateur propose moins une biographie historique qu’une étude de personnages mettant l’accent non pas sur Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman), dont les…

Lire l'article

Punch-Drunk Love

Par Alexandre Leclerc / janvier 16, 2020 /

Il y a définitivement un sentiment de rupture entre les précédents projets de Paul Thomas Anderson (Boogie Nights, Magnolia) et Punch-Drunk Love, tant dans la forme que dans le ton. Un peu plus de trois ans après son dernier film, le réalisateur américain propose une comédie romantique que plusieurs croyaient être une blague au départ. Pendant la…

Lire l'article

Magnolia

Par Alexandre Leclerc / janvier 13, 2020 /

À un jeune âge, on est très influençable. Les films de mon enfance sont ceux qui m’ont le plus marqué et envers lesquels j’ai, encore aujourd’hui, le plus grand attachement émotionnel. Batman m’a fait apprécier l’esthétisme expressionniste allemand plusieurs années avant que je puisse mettre un mot sur ce type de visuel, The Silence of the Lambs m’a…

Lire l'article

Boogie Nights

Par Alexandre Leclerc / janvier 10, 2020 /

J’ai toujours été attiré par l’esthétisme des films de Paul Thomas Anderson. L’un de mes premiers coups de coeur cinématographiques est Magnolia, que j’ai visionné quand j’avais 9 ou 10 ans, et, comme nous sommes très influençables à cet âge, c’est probablement cela qui explique l’attachement émotionnel profond (et surdimensionné peut-être) que j’ai toujours eu envers…

Lire l'article

Sydney (Hard Eight)

Par Alexandre Leclerc / décembre 22, 2019 /

Dès les premiers instants de Sydney (officiellement nommé Hard Eight), on sait que l’on se retrouve devant un film criminel non conventionnel. Il s’ouvre sur un homme appelé Syd (Philip Baker Hall) qui s’approche d’un homme d’apparence démuni, assis près de l’entrée d’un diner. Cet homme, c’est John (John C. Reilly), qui a tout perdu après…

Lire l'article